Des sources pour l'histoire
de la protection sociale
Spectacle, presse & médias
Charlotte Siney sous la direction de Patrick Eveno, Pascale Goetschel et Michel Dreyfus, en collaboration avec Elvina Fesneau, Eric Belouet, Sylvie Charlier.
Recherche
par catégories
Méthode par
focalisation
(Global>Détail)
Commencer
Moteur de
recherche
Méthode
assistée, par
mots-clés
Commencer

» Syndicats professionnels » CGT-FO » Syndicat national libre des artistes Force ouvrière (SNLA-FO)

Recherche
par catégorie #3
Présentation Fiche et inventaire > OK

Syndicat national libre des artistes Force ouvrière (SNLA-FO)

2, rue de la Michodère

75002 Paris

Tél : 01 47 42 33 75

Courriel : syndicat.snla-fo@wanadoo.fr

Site Internet : http://www.snla-fo.com/

 

            Le Syndicat national libre des artistes Force ouvrière (SNLA-FO) a été créé en 1953 à l’initiative d’acteurs, chanteurs et musiciens du spectacle vivant. Aujourd’hui, le SNLA-FO rassemble l’ensemble des artistes interprètes du spectacle vivant : comédiens, danseurs, chanteurs, mais aussi clowns, acrobates, artistes de variété et de cabaret, chorégraphes, metteurs en scène et réalisateurs radio, etc. Le SNLA-FO est affilié à la Fédération des syndicats des arts, des spectacles, de l’audiovisuel, de la presse, de la communication et du multimédia Force ouvrière (FASAP-FO).

 

            Les archives du SNLA-FO ont fait l’objet d’un classement relativement clair et complet, par thématique et par année, bien que subsistent certaines imprécisions et incohérences. En revanche, aucun inventaire de ce fonds n’a été établi. La plus grande partie des archives est conservée dans le bureau du secrétaire général. Ne sont présentées ici que les boîtes susceptibles d’intéresser, de près ou de loin, une recherche sur la protection sociale des professionnels du spectacle. En revanche, les archives très contemporaines n’ont pas été mentionnées. Y figurent notamment des dossiers sur Audiens, les fameuses « annexes 8 et 10 » (de la convention de l'Assurance chômage des intermittents du spectacle), l’AFDAS, etc. La consultation de ces fonds privés est soumise à autorisation du syndicat.