Des sources pour l'histoire
de la protection sociale
Spectacle, presse & médias
Charlotte Siney sous la direction de Patrick Eveno, Pascale Goetschel et Michel Dreyfus, en collaboration avec Elvina Fesneau, Eric Belouet, Sylvie Charlier.
Recherche
par catégories
Méthode par
focalisation
(Global>Détail)
Commencer
Moteur de
recherche
Méthode
assistée, par
mots-clés
Commencer

» Institutions de protection sociale » Presse » Mutuelle nationale de la presse, du livre et de la communication et Centre de santé René Laborie

Recherche
par catégorie #3
Présentation Fiche et inventaire > OK

Mutuelle nationale de la presse, du livre et de la communication et Centre de santé René Laborie

Centre de santé René Laborie

29, rue de Turbigo

75001 Paris

 

Archives de la MNLPC et du centre de santé :

5, rue de Palestro

75001 Paris

Accueil sur rendez-vous.

           La Mutuelle nationale du livre, de la presse et de la communication (MNPLC) tire ses origines de la Société de secours mutuels du Petit Parisien, créée en 1929 puis transformée en 1948 en Société mutualiste de la presse parisienne, du livre et des industries annexes. Successivement rebaptisée Mutuelle de la presse parisienne, du livre et des industries annexes (1970), Mutuelle générale de la presse, du livre et des industries connexes (1973), Mutuelle nationale de la presse, du livre et des industries connexes (1978) avant de devenir la MNLPC. A sa création, en 1948, la mutuelle hérita d'un dispensaire dédié aux professionnels de la presse, légué par le Syndicat de la presse parisienne. Ce dernier en avait lui-même hérité de la période d'Occupation de la Corporation nationale de la presse française, créée en 1943 et placée sous la direction de Jean Luchaire. Dans ce cadre, fut fondée une Mutuelle générale de la presse parisienne, dont le siège se trouvait au 62, rue Tiquetonne (Paris 2e). Cette mutuelle installa un petit dispensaire rue Ballu, près de la place Clichy. Légué à la Libération à la Société mutualiste de la presse parisienne, ce dispensaire fut transformé en centre médical, et rebaptisé Centre de santé René Laborie en 1951. A cette institution médico-sociale, la MNPLC ajouta rapidement différents services : service d’assistantes sociales, colonies de vacances pour enfants, voyages, etc. A partir de 1949, fut également créé un centre d’accueil pour enfants handicapés à La Mayotte[1] (Val d’Oise). Enfin, en 1980, au terme d’une longue lutte juridique entamée en 1968, elle parvint à ouvrir la première pharmacie mutualiste de Paris, qui demeure la seule pharmacie mutualiste de la capitale.

 

            Les archives de la MNLPC sont mêlées à celles du centre de santé. Toutes sont classées et conservées dans les sous-sols de la Mutuelle. Mais aucun inventaire n'est disponible. Lors de notre visite sur place, un inventaire sommaire a donc été réalisé. N’ont été retenues que les archives présentant un intérêt historique, et non les archives administratives ou médicales. En l’absence de système de cotation, les boîtes sont présentées en fonction de leur ordre d’apparition dans les deux salles d’archives. La consultation de ces documents, de nature privée, est soumise à autorisation de la direction de la MNPLC.



[1] Voir inventaire.