Des sources pour l'histoire
de la protection sociale
Spectacle, presse & médias
Charlotte Siney sous la direction de Patrick Eveno, Pascale Goetschel et Michel Dreyfus, en collaboration avec Elvina Fesneau, Eric Belouet, Sylvie Charlier.
Recherche
par catégories
Méthode par
focalisation
(Global>Détail)
Commencer
Moteur de
recherche
Méthode
assistée, par
mots-clés
Commencer

» Institutions de protection sociale » Spectacle » Mutuelle des artistes et professionnels du spectacle (MAPS)

Recherche
par catégorie #3
Présentation Fiche et inventaire > OK

Mutuelle des artistes et professionnels du spectacle (MAPS)

6, rue de la Boule Rouge

75009 Paris

Tél : 01 48 01 02 54

Fax : 01 48 01 02 55

Courriel : info@maps-mutuelle.fr

Site Internet : www.maps-mutuelle.fr

 

Accueil sur rendez-vous.

             L’histoire de la Mutuelle des artistes et professionnels du spectacle (MAPS) remonte à la Société de prévoyance des artistes lyriques, fondée en 1881 par Jules Pacra, un artiste de café concert. Cette société faisait elle-même suite à l’Union des artistes lyriques des cafés concerts, créée en 1865 au théâtre de l'Eldorado par Jules Perrin, mais dont l'existence fut éphémère. Rebaptisée Société de secours mutuels des artistes lyriques en 1890, elle s'ouvrit aux autres professions en 1906 et devint la Société de secours mutuels des artistes lyriques, artistes dramatiques et musiciens, employés de théâtre, concert et music-halls. En 1907, elle créa l'œuvre de la maison de retraite des artistes lyriques, présidée par Dranem. Quatre ans plus tard, la Maison de retraite des artistes lyriques, baptisée Fondation Dranem, fut inaugurée dans le château de Ris-Orangis. En 2003, la maison de retraite fut vendue à la société DomusVi, spécialisée dans les services au troisième âge.

 

            Les archives de la MAPS, rassemblées dans les bureaux et les sous-sols du siège de la mutuelle, concernent tout autant la mutuelle que sa maison de retraite. Ces archives, à la fois manuscrites et iconographiques, ne sont ni classées, ni inventoriées ; une grande partie d’entre elles a par ailleurs disparu lors du déménagement du siège, en 2001. A ce premier ensemble, s’ajoutent les archives de la maison de retraite restituées par ses nouveaux propriétaires après la vente de l’institution en 2003. L’ensemble, qui représente 85 cartons d’archives, concernent également la maison de retraite et la Mutuelle. Ces documents, stockés dans un garde-meuble à Bagnolet sans avoir été classés ni inventoriés, n’ont pu être consultés dans le cadre de cette étude.

 

            En tant qu’archives privées, la consultation des archives de la MAPS et de la maison de retraite de Ris-Orangis est soumise à autorisation de la direction. Ne sont présentées ici que les archives susceptibles de présenter un intérêt historique, à l’exclusion des archives administratives et comptables (comptes, banques, factures, etc.)